Mony aux jeux Olympiques : Photos de Londres (2)

Mony aux jeux Olympiques : Photos de Londres (1)

Des supporters, des photos le long de la Tamise, les handballeurs double champions olympique contre la Suède, de l’athlétisme, le marathon, une visite dans l’immeuble de l’équipe de France qui est un village dans le village.

Mony aux Jeux Olympiques : Le sacre de Teddy Riner et la soirée à la Fédération Internationale de Judo

Très nombreux, les supporters français sont présents. Teddy surclasse physiquement tous ses adversaires à la garde. Quand les 2 adversaires sont installés en garde fondamentale, ce qui est très rare, Teddy écrase tout, on sent qu’il va marquer ippon.

En plus de son physique incroyable, il est bon techniquement. Ses adversaires se sont tous fait sanctionnés, ils ont tous refusés le combat, il n’a pas trouvé l’ouverture à chaque fois comme Lucie, du coup ses adversaires ont étés sanctionnés. C’est pas le plus beau vainqueur techniquement, mais c’est de loin le meilleur.

A noter le respect entre les judoka en début de combat et fin de combats. Le Russe Mickaelin : j’étais à Munich en 2001 quand il a été double champion du monde des lourds, il a refusé de serrer la main en finale, les judoka n’y sont pas contraints.

Il y a des antécédents entre eux, l’ancien n’aime pas trop le jeune. Riner est allé le chercher au salut pour lui taper dans la main, Riner a fait le geste qu’il devait faire pour que sa victoire soit sportive mais aussi morale. Riner a fait le geste qui différencie un imbécile de champion a quelqu’un d’intelligent qui sait saluer ses adversaires dans la victoire. Le Russe lui a levé le bras pour signifier au public et au monde que c’était ok, le vainqueur est Teddy et que leurs relations sont correctes.

Le soir, avec la FIJ, nous sommes invités au gala de cloture des jeux olympique. Toutes les délégations olympiques sont invitées ainsi que les médaillés olympique.  Dans un hotel du centre de Londres, nous représentons la délégation du Cambodge. Les rencontres sont très profitables à Mony et moi.

Mony aux Jeux Olympiques : Avant le sacre de Lucie DECOSSE

Tous les jours je me rends à l’excel parc. Toutes les journées sont différentes tous les vainqueurs sont différents . Pour gagner il faut réunir beaucoup de critères, être préparé techniquement, trouver les bons angles d’attaque, et surtout être prêt physiquement : le moindre signe de fatigue est sanctionné par une défaite. Il faut également avoir un bon tirage au sort.

Le coréen WANG (-73 kg )  a du batailler ferme à tous ses combats pour avoir la médaille de bronze, il était le grand favori. La gnac terrible, l’intensité des combats est telle que certains donnent l’impression de jouer leur carrière sur un jour. Les Japonais restent la référence technique mais leurs résultats sont en dessous de leurs espérances, ils plafonnaient souvent à mi combat, pas d’accélération, peut être un problème de préparation, on peut leur faire confiance pour les voir plus forts dans 4 ans.  Et ne pas oublier le petit détail qui fait la différence: la chance du vainqueur, même si ce critère peut être négligeable pour certains.

Lucie est la championne olympique qui a dominé le plus outrageusement tous ses adversaires à tous points de vue. Je lui ai parlé les jours précédents ses championnats, elle était relaxe, elle m’a dit de me taire sur son tirage au sort car elle ne voulait pas le savoir. Le jour J, le fighting day je l’ ai croisé et aperçu plusieurs fois, elle a avait une tête qui signifiait ne me parle pas, je vais me battre, je vais gagner, de mon côté je me suis écarté d’un bon mètre à chaque fois.

La fin des jeux pour le judo approche, demain tout le monde attend le sacre de Teddy et de Tong la Chinoise. Mais bon nomtbre de favoris ont été battus et ne sont pas sur le podium, suspens it is!

Mony aux jeux Olympiques : Le Dimanche

Ratanakmony khom aux Jeux Olympiques Ce matin, je vais à la salle excel pour voir du judo.

C’est fantastique, l’intensité des combats, les qualités techniques, morales et physiques des vainqueurs sont impressionnantes.

Les Géorgiens ont la palme des supporters en bruit et en encouragements. On peut les comparer à des Huns.

Leur combattant a survolé la compétition, un RINER ou un ILLIADIS en moins de 66.

Chez les filles, la combattante la plus intelligente et opportuniste gagne.

Mony décompresse : la pression était tellement forte qu’il a préféré s’isoler.

Philippe Urvoy